Les membres du comité de pilotage du projet de Parc naturel régional des Garrigues étaient réunis pour la 3ème fois ce vendredi 31 mars à la Maison de la Pierre à Vers-Pont-du Gard.

En novembre 2016, le comité de pilotage avait arrêté le périmètre du projet de Parc et fait part de sa préférence pour le choix d’une structure de type associative pour dépose le dossier de candidature (fin 2017) et coordonner l’écriture de la charte (2018/2020).

Il s’agissait de franchir une nouvelle étape en validant cette fois la nature juridique de cette structure. Cette proposition a remporté l’unanimité moins une « abstention ».

La réunion s’est poursuivie par la présentation des modalités de gouvernance. L’association sera naturellement composée des collectivités concernées ou partie-prenantes (communes, EPCI, Conseil départemental et Région), mais également de deux collèges composés de membres issus de la société civile. Les Parcs sont des outils de protection et de développement local qui, démunis de leviers d’actions règlementaires, ont la nécessité de convaincre. L’appropriation des enjeux par tous les acteurs locaux est donc fondamentale. Dans cet objectif, leur implication dans la gouvernance est apparue comme indispensable.

Un Parc naturel régional c’est un projet de territoire, un espace de coopération où les collectivités adhèrent volontairement pour collaborer. Dans ce contexte, la « Loi du plus fort » ne crée pas les conditions favorables pour parvenir à atteindre cette ambition. C’est la conclusion du groupe de travail qui a donc proposé que toutes les communes siègent à part égale dans la gouvernance. C’est là une autre originalité qui distingue les Parcs dans leur approche : la référence n’est pas le poids démographique des communes -d’autant que certaines sont peu peuplées mais disposent d’un territoire très vaste- mais leur volonté d’agir et de prendre part à une aventure commune.

Les membres ont particulièrement apprécié cette proposition originale bien que certains aient regretté que les communes ne soient pas majoritaires. La gouvernance se répartit entre la Région (30%), le Département (15%), le Syndicat Mixte des gorges du Gardon (15%), le bloc communal composé des communes et des EPCI (30%) et les membres associés (10%). La grande majorité des présents s’est prononcée pour, à l’exception de 5 contre et 6 abstentions.

Les financements de cette association, établis à 250 000 € par an, ont ensuite été exposés. Cette somme couvre les besoins en ressources humaines (145 000€), le financement des études (75 000€ par an) et du programme d’actions qui se dessinera chemin faisant (un fonds d’amorçage de 30 000€ par an). La mutualisation de moyens recherchée est déjà effective puisque la contribution du Département, qui contribuera à hauteur de 40%, se traduira par la mise à disposition d’ingénierie du Syndicat mixte des gorges du Gardon qu’il finance déjà en grande partie. La Région devrait contribuer de manière équivalente. Le bloc communal devra en conséquence apporter les 20% manquants, estimés à 0,80ctmes d’€ par habitant si une majorité des communes adhèrent à l’association.

Le dispositif à ceci d’original que la contribution financière des membres n’est pas proportionnelle aux voix dont ils disposent. L’avantage étant clairement en faveur des communes. Autre démonstration, s’il en était encore besoin, qu’un Parc est un outil original, une opportunité offerte par la Région aux acteurs locaux de prendre leur destin en main sans ingérence. Ces modalités ont été validées à l’unanimité moins un « contre » et une « abstention ».

La séance s’est achevée par un vote sur le nom du Parc. Les membres étaient appelés à voter sur la base d’une présélection de dix propositions issues de consultations antérieures conduites auprès des acteurs locaux.

 

Résultats du vote :

 

   

27%

PNR des Garrigues et du Pont du Gard

20%

PNR des Garrigues gardoises

17%

PNR des Garrigues entre Cèze et Gardon

12%

PNR des Garrigues de l’Uzège

11%

PNR des Garrigues de l'Uzège et du Pont du Gard

Ces cinq propositions seront prochainement soumises au vote du grand public.

La matinée s’est achevée par une conférence de presse à laquelle participaient Christophe Cavard Président du Syndicat Mixte des gorges du Gardon, Bérengère Noguier et Muriel Dherbecourt, Conseillères départementales, Fabrice Verdier et Catherine Eysseric Conseillers régionaux, et Olivier Sauzet maire de Vers-Pont-du-Gard. Tous ont manifesté sans réserve leur enthousiasme pour ce projet ambitieux.

Article Objectif Gard

Article Midi Libre

Article Républicain

 

2017-04-14